Paywall et SEO : état des lieux et solutions

Parmi les stratégies adoptées par les éditeurs de contenu, le paywall, ou mur de paiement, se distingue comme un moyen efficace de monétiser le contenu tout en faisant face à un défi majeur : maintenir une visibilité optimale dans les moteurs de recherche. Le SEO joue un rôle crucial dans ce contexte. Il assure que le contenu payant reste accessible et indexable, malgré les restrictions d’accès.

Types de paywalls et leur impact sur le SEO

Paywalls durs vs. souples

Il existe principalement deux types de paywalls : dur et souple. Le paywall dur limite strictement l’accès au contenu, ne permettant la lecture que suite à un abonnement ou un paiement. À l’inverse, le paywall souple offre un certain nombre d’articles gratuitement avant de demander un abonnement. Cette distinction est cruciale pour le SEO, car un paywall dur peut significativement limiter l’indexation du contenu par les moteurs de recherche, alors qu’un paywall souple peut offrir une meilleure visibilité.

Exemple de paywall

new york times paywall
Paywall du New York Times qui s’affiche après la lecture de quelques articles

Prenons l’exemple du New York Times, qui a adopté un paywall souple. Cette approche a permis de maintenir un bon équilibre entre la monétisation du contenu et sa disponibilité pour le référencement, en comparaison avec des sites adoptant un paywall dur, où le contenu est souvent moins visible dans les résultats de recherche.

Stratégies SEO pour les sites avec paywall

La mise en œuvre d’un paywall nécessite une stratégie SEO bien pensée pour assurer une visibilité continue. Il est important de balancer le contenu payant et gratuit. Par exemple, offrir des résumés ou des extraits gratuits de contenus payants peut aider à attirer les moteurs de recherche tout en incitant les utilisateurs à s’abonner pour accéder au contenu complet.

Indexation et accessibilité du contenu protégé pour Googlebot

Pour optimiser le contenu derrière un paywall pour le SEO, il est essentiel de considérer l’accessibilité de ce contenu pour Googlebot, le robot d’indexation de Google. En effet, si google se retrouve bloqué comme un internaute lambda, il ne pourra plus explorer et indexer correctement les pages : adieu votre trafic SEO.

Déclaration du contenu via les données structurées

L’utilisation des données structurées pour déclarer à Google la présence de contenu payant sur un site web repose sur une logique essentielle à la fois pour les éditeurs et pour les moteurs de recherche. Cette démarche permet une meilleure compréhension et un traitement adéquat du contenu par les moteurs de recherche, tout en préservant les intérêts des éditeurs.

En savoir plus :   Comment adapter votre SEO pour le multilingue ?

Transparence et clarté pour les moteurs de recherche

  1. Identification claire du contenu payant : En utilisant les données structurées, les éditeurs indiquent explicitement quelle partie de leur contenu est gratuite et quelle partie est soumise à un paywall. Cela aide Google à indexer correctement le site sans confondre le contenu payant avec des techniques de dissimulation ou de spam.
  2. Amélioration de l’indexation : En déclarant les sections payantes, Google peut mieux comprendre la structure du site et son modèle de monétisation. Cela permet aux moteurs de recherche d’indexer efficacement le contenu tout en respectant les restrictions d’accès.

Avantages pour les éditeurs et les utilisateurs

  1. Maintien de la monétisation tout en assurant la visibilité : En fournissant ces informations, les éditeurs peuvent continuer à monétiser leur contenu tout en assurant sa visibilité dans les résultats de recherche. Cela garantit que le contenu payant ne soit pas injustement pénalisé dans les classements de recherche.
  2. Expérience utilisateur améliorée : Les données structurées permettent aux moteurs de recherche de présenter les résultats de manière plus informative et précise. Par exemple, les utilisateurs peuvent être avertis qu’une partie du contenu est derrière un paywall avant de cliquer sur un lien, ce qui améliore la transparence et l’expérience utilisateur globale.

Exemple de données structurées pour le contenu payant

La documentation officielle de Google fournit des instructions détaillées sur l’utilisation des données structurées pour signaler la présence de contenu soumis à un paywall, en utilisant la méthode schema.org JSON-LD. Ces données aident à distinguer le contenu payant des techniques de dissimulation (cloaking) qui ne respectent pas les règles de Google.

Exemple de mise en œuvre des données structurées

Voici un exemple de code HTML intégrant les données structurées JSON-LD pour un article de nouvelles (NewsArticle) avec du contenu payant :

<html>
  <head>
    <title>Article headline</title>
    <script type="application/ld+json">
    {
      "@context": "https://schema.org",
      "@type": "NewsArticle",
      "headline": "Article headline",
      "image": "https://example.org/thumbnail1.jpg",
      ...
      "isAccessibleForFree": "False",
      "hasPart": {
        "@type": "WebPageElement",
        "isAccessibleForFree": "False",
        "cssSelector" : ".paywall"
      }
    }
    </script>
  </head>
  <body>
    <div class="non-paywall">
      Non-Paywalled Content
    </div>
    <div class="paywall">
      Paywalled Content
    </div>
  </body>
</html>

Ce code spécifie que le contenu principal de la page (identifié par la classe .paywall) est soumis à un paywall. La propriété "isAccessibleForFree": "False" indique que ce contenu n’est pas accessible gratuitement. Le "cssSelector": ".paywall" pointe spécifiquement vers la partie du contenu qui est derrière le paywall.

En savoir plus :   Désindexer des url : Guide complet pour une désindexation efficace

Consignes pour l’ajout de balisage

Les éditeurs doivent suivre les consignes générales relatives aux données structurées et les consignes techniques spécifiques au contenu soumis à un paywall. Il est conseillé de ne pas imbriquer de sections de contenu et d’utiliser uniquement des sélecteurs .class pour la propriété cssSelector.

Pour les pages avec plusieurs sections soumises à un paywall, les noms de classe doivent être ajoutés sous forme de tableau dans les données structurées, comme dans l’exemple suivant :

"hasPart": [
  {
    "@type": "WebPageElement",
    "isAccessibleForFree": "False",
    "cssSelector": ".section1"
  }, {
    "@type": "WebPageElement",
    "isAccessibleForFree": "False",
    "cssSelector": ".section2"
  }
]

Ces directives de Google assurent que le contenu payant est correctement indexé et différencié des techniques de spam. En suivant ces méthodes, les éditeurs peuvent améliorer l’indexation de leur contenu payant tout en respectant les règles de Google.

Exemple de mise en place sur des médias connus

On retrouve ce balisage chez le New York Times :

Mais également chez des médias français comme par exemple La Voix du Nord :

Paywalls et signaux d’engagement : comprendre l’impact à long terme sur le SEO

La présence de paywalls sur un site web peut influencer considérablement les signaux d’engagement des utilisateurs, un élément crucial dans l’évaluation du référencement à long terme par Google. Cette section explore l’impact des paywalls sur ces signaux d’engagement, en particulier le signal de « retour à la SERP » (Search Engine Results Page), et propose des stratégies pour atténuer les impacts négatifs.

Le « retour à la SERP » : un signal d’engagement clé

  1. Comportement des utilisateurs sur les sites avec paywall : Lorsqu’un utilisateur atterrit sur un site web avec paywall et retourne rapidement à la page de résultats de recherche de Google (SERP) pour cliquer sur une autre page, cela envoie un signal à Google. Ce comportement est souvent interprété comme un signe que la page web initiale n’a pas répondu aux attentes de l’utilisateur.
  2. Impact sur le référencement : Un taux élevé de « retour à la SERP » peut être perçu par Google comme un signal négatif, indiquant que le contenu du site ne répond pas aux besoins des utilisateurs. Si cela se produit fréquemment, Google peut, à terme, réduire la visibilité de ce site dans ses résultats de recherche.
En savoir plus :   Redirections SEO : Guide pratique

Atténuer l’impact des paywalls sur les signaux d’engagement

  1. Paywall souple : En permettant aux utilisateurs venant de Google de lire le contenu complet d’un article lors de leur première visite, on peut réduire les signaux de « retour à la SERP ». Cette méthode est largement utilisée par les éditeurs pour maintenir l’équilibre entre la monétisation et l’optimisation pour les moteurs de recherche.
  2. Intelligence dans la mesure des paywalls : Adapter intelligemment le paywall en fonction des visites provenant de Google peut également aider. En laissant les utilisateurs accéder à plus de contenu lorsqu’ils viennent de Google, on diminue les chances qu’ils retournent rapidement à la SERP.

Impact à long terme des paywalls sur le SEO

La vraie conséquence à long terme des paywalls sur le SEO est l’accumulation de signaux de « retour à la SERP », ce qui peut diminuer la visibilité d’un site dans les résultats de Google. C’est pourquoi il est essentiel pour les éditeurs d’adopter des stratégies qui équilibrent la nécessité de monétiser le contenu avec la nécessité de fournir une expérience utilisateur positive et satisfaisante.

Benoit Demonchaux

Benoit Demonchaux

Benoît Demonchaux est co-fondateur de Slashr, agence de référencement naturel basée à Lille et consultant SEO depuis 5 ans. Benoît est un ancien éditeur de sites ainsi que chef de projets dans une grande agence SEO.

Laisser un commentaire